Comment se former au Lean Construction ? – Parlons Lean #15

Pour ce quinzième « Parlons Lean », direction la Savoie ! Nous y retrouvons, Estuardo Ruiz, professionnel du autodidacte qui nous livre ses conseils pour se former au Lean. Voici ses réponses !

Peux-tu te présenter ?

Estuardo Ruiz, 44 ans, Franco-Guatémaltèque, Ingénieur bâtiment, certifié Green Belt Lean Six Sigma avec un master en management de business units (EM Lyon), Gérant de la société OPTIMA LEAN, habitant actuellement dans la belle ville d’Annecy, Haute Savoie.

Quel a été ton parcours ?

Mon parcours professionnel démarre dans le service méthodes chez Bouygues Construction,  il continue au sein d’une très belle PME située en Lorraine comme conducteur de travaux  (Wig France Entreprises).  Au bout de quelques années j’ai décidé de changer de cap et de m’orienter sur la partie étude de prix et profiter de mon expérience en méthodes et au service travaux.  D’abord comme chargé d’études de prix, jusqu’à devenir Responsable de Service dans la même entreprise (Megevand SA). Par la suite j’ai occupé le poste de chef de groupe commercial-études dans une entreprise générale de construction située en Savoie,  (Barel et Pelletier).

A partir de juin 2021, j’ai décidé de développer ma société, OPTIMA LEAN, dans le but de faire avancer le Lean Construction dans les 2 Savoies et l’Arc Lémanique. Ma proposition est basée sur 3 sujets : premièrement le pilotage des projets (OPC Lean),  deuxièmement l’accompagnement des entreprises de construction dans l’amélioration des processus (Lean Entreprise) et troisièmement l’optimisation économique de la partie sol-structure des projets (Optimisation du bilan pour la partie structure).

Comment as-tu eu connaissance du Lean Construction ?

Cela a commencé chez Megevand SA quand je suis devenu Responsable du Service car j’ai été suivant confronté aux problématiques récurrentes dans notre secteur d’activité, à savoir : chantiers à faible marge d’exploitation,  la perte récurrente des heures sur le chantier, le manque d’organisation et l’absence de planification sur les chantiers.  Le tout combiné avec des études de prix de plus en plus difficiles à accrocher. Le but était de trouver une méthode ou une solution pouvant m’aider dans l’optimisation et l’organisation des chantiers de manière à augmenter les marges d’exploitation.

Ma première approche du Lean Construction est venue par l’intermédiaire de Serge Goepp-Dumery. Il dirigeait à cette époque une filiale d’une PME Française, faisant du Lean Construction en Suisse.   Nous avons discuté des bénéfices du Lean Construction. Notamment de la possibilité de réduire les délais de construction sur les chantiers et de la façon dont cette méthode est orientée pour réduire les gaspillages sur le chantier.  Cette conversation m’a fait comprendre qu’avec cette solution, la construction avait un avenir meilleur. Cependant, il fallait faire des efforts à tous les étages, de la maîtrise d’ouvrage au personnel d’exécution en passant par l’encadrement.

Qu’est-ce qui t’as séduit dans cette démarche ?

Plusieurs points m’ont complètement séduit dans cette démarche.  Premièrement, c’est une méthode qui cherche à optimiser la valeur ajoutée des projets (éliminer les gaspillages). Deuxièmement, elle est focalisée à garantir la satisfaction du client, volée perdue ou négligée par la plupart des chantiers. Troisièmement c’est une méthode managériale avant tout, c’est-à-dire que l’Homme est au cœur de cette démarche.  Pour finaliser, cette démarche procure une satisfaction multiple : maître d’ouvrage, encadrement, entreprises et personnel du chantier.

Tu es chargé de la mission d’OPC. En quoi le Lean Construction te permet de la mener à bien ?

Concrètement cette démarche m’aide à structurer le chantier et à rendre cette structure visible vis à vis des entreprises.  Elle améliore considérablement la communication sur le chantier car tous les intervenants peuvent se situer dans un espace géo temporel.  Elle fidélise la planification, un grand atout pour le client concernant son prévisionnel d’appel des fonds. C’est également le cas pour les entreprises car elles arrivent à mieux gérer les approvisionnements et la gestion des sous-traitants.  De plus le client final (acheteur) est satisfait de l’avancement, du chantier propre et de la qualité des ouvrages.

Tu utilises l’application LeanCo Planification. Quelles sont les raisons qui t’ont poussé à la choisir ?

Plusieurs raisons m’ont convaincu d’utiliser LeanCo Planification. Premièrement l’ergonomie de l’outil et la simplicité d’utilisation (assez proche de la planification manuelle par post-its).  Deuxièmement, elle permet de créer très rapidement un planning en chemin de fer du type Master Planning avant de faire une séance collaborative avec les entreprises. Troisièmement, LeanCo Planification permet de faire des changements rapides sur les séquences. Cela facilite la prise de décision sur les différentes solutions proposées pour le chantier.

Quelles fonctionnalités préfères-tu ?

Mes fonctionnalités préférées sont actuellement le synoptique des bâtiments, le séquencement et la planification générale. Le synoptique permet de visualiser très rapidement les flux de travail.  Le séquencement permet d’édifier un dialogue avec les entreprises pour trouver la logique d’ordonnancement avant les travaux.  Enfin, la planification générale fait une synthèse des paramètres et donne un condensé d’informations nécessaires et pratique à la fois.  

Continuez, vous m'intéressez...

LeanCo et Finalcad annoncent un partenariat stratégique

2 juin 2022

Lean Management : les majors du BTP s’approprient la démarche – Gardez Le Lean #7 

25 avril 2022

Les Fondamentaux du Lean Management appliqués à la construction ! – Livre Blanc #1

10 novembre 2021

Agir sur les plannings « épouvantail » sur chantier ! – Episode 3

19 juillet 2022

Comprendre les raisons des plannings « épouvantail » sur chantier ! – Episode 2

11 juillet 2022

Repérer les plannings « épouvantail » sur chantier ! – Episode 1

1 juillet 2022