La méthode 5S sur le chantier, ça donne quoi ? – Disciplean #5

Concrètement, ça donne quoi la méthode 5S sur le chantier ? C’est une question qui nous est souvent posée. Nous profitons d’un récent cas d’usage sur le chantier de la métropole Bordelaise « Fontbelleau» géré par les équipes de Legendre Aquitaine, pour vous en dire plus. Le temps d’une journée, tous les membres de l’équipe travaux se sont penchés sur l’optimisation de leur espace de travail.

▶ Qu’est-ce que le 5S ?

Avant tout de chose, rappelons rapidement ce qu’est le 5S. Cette méthode permet de rendre un environnement de travail fonctionnel, limitant ainsi les temps de recherches et les déplacements inutiles. On y instaure des règles de vie simples, précises et efficaces ayant pour objectif d’améliorer les conditions de travail tout en améliorant la productivité.

Chaque « S » est une étape et correspond à la première lettre d’un mot en japonais.

Le 5S permet d’encadrer et d’optimiser un espace de travail.

Cette méthode fonctionne aussi bien pour votre espace de travail que sur votre chantier. Basé avant tout sur le bon sens, le 5S maintient sur le long terme son efficacité grâce à une rigueur de l’ensemble des utilisateurs de l’espace.

▶ Contexte et déroulement de la journée.

En phase gros œuvre, les équipes du chantier ont souhaité réorganiser leur espace de travail et notamment la zone de stockage/containers. Sous l’impulsion de certains membres déjà formés à la méthode et sous la supervision d’Adeline, Référente Lean, et de Thomas, consultant chez LeanCo, l’ensemble de l’équipe s’est rassemblé lors d’une journée autour du programme suivant :

– Étape 1 : Présentation de La méthode 5S et ses enjeux

– Etape 2 : Préparation – Travail en équipe pour « réfléchir avant d’agir »

– Étape 3 : Passage à l’Action – Trier, Organiser, Nettoyer

– Etape 4 : Bilan – Débrief et échanges sur les étapes suivantes (Standardiser, Pérenniser)

▶ Atelier de travail et conception des futurs rangements.

Pour commencer et afin d’encourager les prises de paroles de chacun et de capter toutes les bonnes idées, les membres de l’équipe sont répartis en petits groupes afin de couvrir des zones spécifiques (container, zone de stockage, poste banche, poste plancher). Chaque groupe reçoit une trame commune afin d’y noter ses propositions de rangement. Au sein de chaque équipe, les échanges fusent afin de faire un état des lieux constructif et de trouver des axes d’amélioration. Les équipes mettent enfin le fruit de leurs échanges sur papier pour guider la mise en application sur le chantier.

▶ Déroulement et mise en place des 3 premiers S.

Trier, organiser et nettoyer. Voici les 3 premières étapes à suivre pour obtenir un espace de travail optimisé. Direction les postes de travail !

Ensuite, dirigeons nous vers les paniers et racks de stockage pour une réorganisation afin de les rendre ajustables au besoin et à la fréquence d’utilisation du matériel.

Zoom sur la sécurité collective. L’idée est de faciliter l’accès aux différents types de platines de gardes corps en ayant à l’esprit qu’elles ne serviront pas toutes. Les équipes redressent, plient et stockent les plaques de réservation à la verticale pour être plus accessibles.

Pour la suite des opérations, les équipes envisagent de créer des rangements pour stocker les éléments relatifs à la sécurité (potelets, lisses, platines) dans un seul . L’objectif étant d’installer rapidement la sécurité à tous les étages, diminuer les coups de grues et faciliter le repli en fin de chantier.

Arrêtons-nous devant les containers. On les vide et on les nettoie. On trie le contenu et on répare le contenant endommagé.

Enfin, les équipes amorcent l’étape de standardisation avec un repérage au sol des emplacements choisis et étiquetage visuel des tiroirs créés.

▶ Les meilleurs avant-après !

Avant-après d’un panier.
Avant-après d’un container.
Avant-après d’un panier.
Avant-après du magasin des consommables.

▶ Présentation des résultats.

En conclusion, la journée se termine, chacune des équipes présente le travail réalisé à l’ensemble du groupe. En procédant de cette façon, tous les collaborateurs sont donc informés des règles auxquelles ils ont participé à l’élaboration. Parmi les règles établies, on peut retrouver différents niveaux d’engagement, du collectif à l’individuel :

– Chaque jour, un compagnon devra veiller au maintien du 5S​ sur le chantier.

• On donne des consignes quant à la façon de ranger son matériel dans le magasin en fin de journée.

– Tout le monde sait désormais à quoi correspondent les codes couleurs de l’outillage.

Enfin, comme dans chaque projet, « l’après » compte autant que le projet en lui-même, les membres du chantier fixent les prochaines étapes qui permettront de pérenniser la démarche.

Bravo ! Maintenant, le plus dur commence… En effet, maintenir au quotidien les standards de rangement n’est pas chose aisée, surtout quand notre planning est chargé et qu’on est pressé de partir le soir ! L’humain a plus tendance à respecter les règles qu’il a lui-même fixé. En impliquant l’ensemble des équipes sur cette même journée, nos chances que les règles soient respectées par tous augmentent.

Continuez, vous m'intéressez...

LeanCo et Finalcad annoncent un partenariat stratégique

2 juin 2022

Lean Management : les majors du BTP s’approprient la démarche – Disciplean #7 

25 avril 2022

Les Fondamentaux du Lean Management appliqués à la construction ! – Livre Blanc #1

10 novembre 2021

Top 15 Memes Construction – Septembre 2022

23 septembre 2022

Quels sont les 8 gaspillages ? – Disciplean #9

1 septembre 2022

Agir sur les plannings « épouvantail » sur chantier ! – Episode 3

19 juillet 2022